≡ Menu

J’adore passer un peu de mon temps libre sur les réseaux sociaux à trouver de nouvelles inspirations mode, déco, food… Et c’est au cours de mes pérégrinations Instagramesques que mon oeil s’est arrêté sur de petits objets aussi adorables qu’originaux. Quel ne fut pas mon bonheur en voyant que la créatrice était grenobloise ! Youpi youpi, je n’ai pas attendu 5 minutes avant de la contacter, car il fallait absolument que je vous partage cette jolie découverte…

paulette-et-anais-creatrice-grenoble_origami

Anaïs est une jeune femme de 27 ans qui a toujours été passionnée par les travaux manuels : toute petite déjà, elle maniait les perles et la pâte fimo avec dextérité. Encouragée dans cette lancée, c’est sa Grand-Mère qui lui a donné le déclic (et l’idée) de fabriquer de petites lampes dans des bocaux, ornées d’animaux en papier. Hé oui, il y a 6 ans, Paulette donnait à sa petite-fille un livre sur les origamis. Mais ce n’est pas là que s’arrête la contribution de cette fabuleuse Mamie …

paulette-et-anais-creatrice-grenoble_lampes

Anaïs a la chance d’avoir une grand-mère qui habite à la campagne, dans une ferme. C’est dans cet environnement champêtre que la créatrice trouve ses inspirations pour agrémenter ses lampes. Plumes de pintade, bois flotté… que des trouvailles 100% Nature ! Paulette, en bonne Mamie qui fait elle-même ses pâtés, fournit à Anaïs LA pièce maîtresse : les bocaux.

paulette-et-anais-creatrice-grenoble

Anaïs a une boutique Etsy et fait du sur-mesure : si vous pouvez choisir entre un origami flamand rose ou antilope, libre à vous de demander à la créatrice de décorer vos lampes-bocaux avec des rubans, pompons, ficelles… C’est vous qui choisissez ! Notre joyeuse Grenobloise utilise même les nouveaux outils numériques : grâce à une imprimante 3D, elle peut façonner de petits lapins et renards. J’ai aussi repéré sur son compte Instagram l’une de ses dernières créations : le robot R2D2 de Star Wars ! Avis aux fans de la saga…

paulette-et-anais-creatrice-de-bijoux-grenobleEt si vous n’avez pas l’imagination requise, Anaïs conçoit pour vous. Pas que des lampes d’ailleurs, mais aussi des bijoux tendances. De l’ethnique chic, du minimalisme, des couleurs douces… Tout ce qu’on aime !!

paulette-et-anais-creatrice-a-grenoble_lampesPour bien débuter 2018, Paulette et Anaïs & nous, Lesmondaines, avons décidé de vous gâter (encore une fois) avec non pas 1 mais 2 super concours ! Rendez-vous sur la page Facebook ET le compte Instagram des Mondaines pour découvrir ce qu’on vous a concocté…

paulette-et-anais-creatrice-grenobloiseEt en attendant, n’hésitez pas à aller visiter l’univers de Paulette et Anaïs :

Instagram
Facebook
Boutique Etsy

Article publié par Mary le 16 janvier 2018

Alors que 2018 commence doucement, il est temps pour nous de vous souhaiter nos meilleurs vœux mondains pour cette nouvelle année! Néanmoins, avant de refermer définitivement le chapitre 2017, nous vous proposons un dernier coup d’œil sur l’une des réussites de cette année passée : la troisième édition du Street Art Festival de Grenoble. Toujours organisé par le visionnaire Jérôme Catz de la galerie Spacejunk, le petit festival a bien grandi depuis notre premier article : retour, donc, sur les œuvres de la dernière cuvée.

Street Art Grenoble Ashop ARaymond

L’édition de 2017 a bénéficié d’un commanditaire de choix : l’entreprise grenobloise ARaymond qui a mis ses murs à la disposition de sept street artistes. Des tableaux remarquables, encadrant les bâtiments de l’entrée située sur le cours Berriat, qui mettent en valeur le patrimoine historique de l’ancienne fabrique de boutons devenue une grande société internationale. Deux œuvres s’inspirent de l’Art Nouveau de la maison familiale, située au centre de l’ensemble ARaymond : le monumental mural du collectif québecois A’Shop (et plus particulièrement les deux artistes ZekOne et Ankhone) et la fresque du mur d’entrée du grenoblois Etien’.

Street Art Grenoble Etien

Street Art Grenoble Snek Belle électrique

De l’autre côté, on retrouve un artiste de l’édition 2016, le fabuleux Snek (mon chouchou, je l’avoue), révélé par sa fabuleuse L’arme de paix. Cette année, il propose une Belle Mécanique dont le titre est sans doute un clin d’œil à une autre Belle que l’on connaît bien chez les Mondaines! Un travail mêlant art figuratif et calligraphie, rappelant le style de son camarade Ink4rt, grand maître du calligraffiti ayant réalisé la fresque du mur au pied de la belle mécanique.

Street Art Grenoble Monkeybirds

Enfin, en face de Snek, le collectif bordelais MonkeyBirds offre un vitrail en pochoir représentant l’art de la science sous toutes ses formes : références à l’horloge astronomique de Prague, à la sphère armillaire et aux solides de Platon. Un travail en noir et blanc, mis en lumière par des touches dorées. Le nom de ce groupe de street art peut se traduire, poétiquement, par des « Singeries Oisives », titre chimérique pour des artistes rêveurs et talentueux.

Street Art Grenoble Jabba

Autre street artiste, autre style avec le colombien Jaba, qui fait de son art comme de sa vie un perpétuel voyage. Après avoir travaillé dans les effets spéciaux chez LucasFilms (rien que ça!), il parcourt le monde pour couvrir les murs de couleurs et d’histoires : à Grenoble, près du parc Marliave, celle de Ram Bahadur Bomjon, un jeune népalais resté en méditation huit mois au pied d’un arbre en 2005. Selon la légende, il n’aurait ni bu ni mangé pendant tout ce temps… La question derrière cette œuvre est simple : qui est véritablement le prisonnier dans cette image, l’homme ou l’arbre?

Street Art Grenoble Tawos Juin JC the Blind

En face de la Bulle d’O, la nouvelle piscine du quartier Chorier-Berriat, un trio d’artistes a posé ses couleurs pour éclairer les murs de la crèche collective de Saint-Bruno : Juin, Tawos et JC the Blind. Ce dernier apporte une réflexion pétillante sur le rapport entre le Street Art et le handicap visuel en ajoutant à ses œuvres des lignes en braille. Après un déchiffrage lent, qui permet d’inverser pendant un temps les difficultés que les aveugles rencontrent quotidiennement, je peux vous révéler ce qui est écrit, un splendide jeu de mots fort à propos : aveugler par la couleur!

Street Art Grenoble Spacejunk

En revenant vers le quartier de l’Aigle, vous tomberez sur l’œuvre gigantesque des frères germano-américains How et Nosm, un vrai casse-tête à démêler pour mieux comprendre le titre de ce mural : Food for thoughts. Une variation en rouge, noir et blanc sur ce qui nourrit réellement l’esprit humain tout en nourrissant le vôtre grâce à la réflexion déclenchée par cette oeuvre de Street Art : une véritable mise en abyme.

Street Art Grenoble Goin Lady Refugee

En traversant le parking Hoche, on tombe sur l’une des mines de Street Art à Grenoble, au même titre que la rue du Phalanstère. Au côté de Lister ou de RNST, la magistrale Lady Refugee de Goin, invité récurrent du festival. Une œuvre militante, pastiche lourd de sens de la Statue de la Liberté à l’heure des migrations du 21e siècle… Les bénéfices de la vente d’une centaine de prints de celle-ci durant le festival au mois de juin ont d’ailleurs été reversés à l’organisation Migrant Offshore Aid Station organisant des sauvetages en mer pour aider les migrants en déroute. Une façon simple de rappeler la puissance de l’art, mais également que le Street Art n’est pas, contrairement à l’idée reçue, qu’une vandalisation des murs de la ville. Il est avant tout une révolte, un message que l’on transmet par le support le plus visible de tous.

Street Art Grenoble Veks Van Hillik

Et quel meilleur endroit qu’une bibliothèque pour conclure ce petit tour? On part du côté de Fontaine, puisque le Street Art festival a cette année poussé les frontières du centre pour s’étendre ailleurs, de Saint-Martin d’Hères à la Villeneuve. Sur le mur de la bibliothèque Paul Eluard, l’illustration de l’un de ses poèmes, Les animaux et leurs hommes par Veks Van Hillik. L’œuvre surréaliste trouve ici une mise en image aussi aérienne qu’onirique, terminant avec grâce ce panorama des œuvres de l’année 2017 et faisant espérer une prochaine édition 2018 encore plus réussie!

Si ces quelques photos vous ont envie d’en savoir et d’en voir plus, deux solutions : renseignez-vous auprès de la galerie Spacejunk au 15, rue Génissieu à Grenoble, ou bien venez suivre l’une des visites de l’Office de tourisme de Grenoble (on se croisera peut-être dans ce cas-là!).

 

Article écrit par Élise le 9 janvier 2018.

C’est par une belle journée d’automne que nous avons expérimenté un tout nouveau concept made in Grenoble… nos pupilles et nos papilles s’en souviennent encore ! Et on est prêtes à parier que vous aussi, vous en aurez l’eau à la bouche quand on va vous raconter ce déjeuner hors du temps (psssst, on se spoile un peu en ce début d’article mais sachez que vous aussi vous pourrez vivre l’expérience… si vous avez de la chance ! Rdv à la fin du post)

La Corne d'Or Grenoble

L’histoire se passe sur les hauteurs de Corenc, dans un restaurant devenu une institution grenobloise en terme de gastronomie : La Corne d’Or. Né à la fin du 19ème siècle (oui, ça remonte), le lieu nous épate d’abord par son panorama à couper le souffle sur la vallée du Grésivaudan, procurant un sentiment de quiétude intense. On s’évade du brouhaha citadin en à peine 10 minutes en voiture ! Le spot parfait pour un déjeuner en amoureux, en famille, et même si des Working Girls nous lisent, pour inviter des clients non-Grenoblois que l’on aurait envie d’épater 😉

bon restaurant Grenoble terrasse

Mais si nous sommes ici, ce n’est pas (seulement) pour la vue… Nous prenons place à table. Attention, pas n’importe laquelle ! Notre place n’est pas en salle, mais en cuisine. Oui, oui, en cuisine ! Juste à côté de la brigade qui s’active derrière les fourneaux. Et c’est là toute l’originalité de notre expérience : la start-up grenobloise Guest of Chef s’est associée à la Corne d’Or pour offrir aux clients la possibilité de manger dans la cuisine des Chefs. Comme on aime les initiatives surprenantes, vous vous doutez bien que l’on n’a pas pu résister à l’envie de tester !

restaurant gastronomique grenoble

C’est donc dans les cuisines que nous faisons la connaissance d’Alexandre Bonnel, le Chef de la Corne d’Or. Nous apprenons que le restaurant est empreint d’une histoire familiale forte, et pour cause : ici, c’est la maman Florence, le beau-papa Gérard, et le frère Théo qui naviguent autour d’Alexandre. Jeune homme de 26 ans qui a fait ses armes en France et en Asie, le Maître des Plats ne vas pas tarder à nous époustoufler par ses créations (im)pertinentes qui nous permettent de déguster des saveurs de saison savamment travaillées. Grâce à notre place au plus près des cuisines, nous sommes aux 1ères loges, yeux écarquillés, pour observer l’effervescence de la Brigade.

guest of chef grenoble

Jamais nous n’aurions pensé un jour découvrir, tel un spectacle théâtral, les coulisses d’un restaurant gastronomique… On est en pleine immersion. C’est comme si les secrets des cuisines, que l’on pensait inviolables, se révélaient à nous : on assiste en direct aux coups de chaud, aux casseroles qui fument, au dressage attentif des assiettes… Grâce à Guest of Chef, on participe (presque) à l’élaboration de notre plat. Cerise sur le gâteau : c’est le Chef lui-même qui vient nous servir à table et nous présenter les plats. Autant vous dire que nous en avons profité pour être indiscrètes et lui poser pas mal de questions sur son histoire, ses inspirations, sa passion…

restaurant corenc

guest of chef

Le Chef, qui prend le temps de partager avec nous, nous raconte son amour pour la cuisine, la quête des meilleurs produits, la vie au travail qui finalement est une vie en famille… Nous sentons cette envie, ce plaisir de transmettre et une réelle bienveillance vis-à-vis de nous, ses invitées du jour. Une proximité qui fait écho aux valeurs que défend cette Maison de Cuisiniers. On comprend pourquoi La Corne d’Or a accueilli à bras ouverts le concept de Guest Of Chef qui a été créé par Christian, Nicolas et Mickaël, 3 amis passionnés de gastronomie. Et que dire de la qualité de nos plats ! La surprise à chaque service, puisque nous ne connaissions pas le Menu à l’avance. On déguste à l’aveugle, non sans confiance puisque le Chef aura eu la délicatesse de nous demander si nous étions sujettes à des intolérances ou allergies alimentaires. Entre les bouchées apéritives, l’entrée, le plat, le pré-dessert et le dessert, le tout accompagné d’un accord mets-vins absolument irrésistible et commenté par le Patron des lieux Gérard, tout a été PAR-FAIT.

meilleur restaurant grenoble

gastonomique grenoble

Au-delà de l’orgasme gustatif évident, on salue l’initiative de Guest Of Chef, qui, disons-le, est plutôt surprenante ! Casser les codes de la gastronomie pour nous permettre d’infilter les cuisines des Chefs, il fallait oser. Pari réussi ! En tout cas, de notre côté, nous sommes conquises. Par la beauté des lieux, l’accueil chaleureux, la cuisine à la fois spontanée et inspirée, et bien sûr ce moment de partage privilégié avec l’équipe.

Allez, on vous voit venir : « comment on fait, nous, pour vivre la même expérience ? » Tout est indiqué sur le site de Guest Of Chef. Sinon, vous pouvez aussi croiser les doigts et participer à notre super concours pour tenter de gagner un repas Guest of Chef x la Corne d’Or pour 2 ! Rendez-vous sur notre page Facebook 😉

Sur ce, puisque ce sera notre dernier article de l’année, on vous souhaite à toutes et à tous de très belles Fêtes de fin d’année !! Amusez-vous, régalez-vous, et aimez-vous !! A l’année prochaine…

Article publié par Mary et photos de Noemi, le 19 décembre 2017.