≡ Menu

Nichées au cœur de la ville, les Halles Sainte-Claire sont un petit trésor architectural dont on ne passe pas assez souvent les arches. Pour remédier à cela, nous vous emmenons aujourd’hui à la découverte de deux épiceries : le Montagnard, ambassadeur de la tradition paysanne et artisanale, et la Petite épicerie, experte en bon goût d’ici et d’ailleurs.

Halles Grenoble Mondaines

Le Montagnard

Faire la connaissance de Pierre, c’est rencontrer un vrai passionné. Sa mission dans les Halles : vous redonner le goût des bonnes choses et renouer le lien avec l’artisanat et la paysannerie. Parmi ses (très!) nombreuses références, une majorité provient de chez nous : Isère, Drôme, Ardèche, Savoie. Des produits frais ou secs, célèbres comme les ravioles du Grand Goulet ou oubliés comme les vins du Grésivaudan.

Montagnard Pierre Desigaux Local

Grâce à la diversité des références proposées, notre gourmandise se réveille, tout comme notre curiosité. Difficile de ne pas poser mille questions à Pierre quant à l’histoire des produits, le projet du paysan ou de l’artisan qui en est à l’origine… Le bonus? Il organise régulièrement aux Halles des dégustations qui permettent de mieux connaître et comprendre sa démarche éthique, responsable et sociale.

Fromages Grenoble Terroir

Car la motivation première de cette épicerie, c’est avant tout le lien avec le producteur, en particulier avec les paysans. Si ce mot peut sembler péjoratif, en réalité, avec Pierre, il retrouve toute sa noblesse. Le paysan est celui qui fait vivre son pays, celui qui travaille la terre, qui donne vie à un terroir. D’où la nécessité de préserver et de valoriser ce patrimoine, d’autant plus dans notre région à l’heure où l’alimentation locale et le circuit court connaissent un véritable retour en grâce.

Aromates Vinaigre Vercors Grenoble

Alors, n’hésitez pas, venez découvrir les produits incroyables de Pierre aux Halles Sainte-Claire, il vous racontera l’histoire de la Brasserie des faux-semblables ou vous donnera des recettes pour utiliser des aliments originaux, comme les trompettes de la mort séchées!
(En plus, il fait partie de l’aventure du Cairn, et ça forcément, on valide complètement!)

Grésivaudan Halles Grenoble Fruits séchés

La Petite épicerie

Pour la deuxième boutique, on retrouve une ancienne connaissance. En effet, on avait déjà parlé de Gladys et de son ancienne adresse, Numéro 3 : on la retrouve ici dans sa nouvelle aventure, avec un sourire lumineux comme sa Petite épicerie. Comme son nom l’indique, c’est une épicerie fine où l’on retrouve, ici aussi, de (très!) nombreuses références.

La petite épicerie Halles Grenoble

Du côté de chez nous, vous pourrez trouver des produits familiers : huile, croquants et trucs à la noix (on vous conseille vivement ces derniers!), les fameuses bières lyonnaises de Ninkasi (de bons souvenirs d’étudiante lyonnaise pour moi), ou encore les pralines roses essentielles pour de jolies pâtisseries croquantes et colorées.

Petite épicerie Ninkasi noix Grenoble

Gladys vous fait aussi partir en voyage : adieu les Halles Sainte-Claire, bonjour l’Europe! On retrouve notamment, et ça c’est quand même quelque chose, les super produits de Supersec, la marque belge aux punchlines magiques et aux recettes originales. Autres références favorites : les créations en thé, huile ou gressin des grecs de chez Kalios, les shortbreads de Regent’s Park, les galettes norvégiennes de chez Sigdal, …

Halles Grenoble Supersec Kalios Gressins

Enfin, les coups de cœur : les bouquets garnis, les flocons de sel, la moutarde violette, le vinaigre à la tomate, les épices Nomie. Un de ces produits vous fait de l’oeil? Passez voir Gladys aux Halles, elle vous les présentera et promis, vous ne pourrez plus vivre sans ensuite! Comme Pierre, elle ne fait rien comme tout le monde et c’est cela que l’on aime chez elle : en plus de son épicerie fine, elle vous propose des petits plats maison à emporter. Et une fois votre repas acheté, n’oubliez pas de prendre une petite bouteille de Pipi d’ange… Ne vous fiez pas à son nom mignon, ce vin est une petite merveille, foi de Gladys!

Halles Sainte Claire Moutarde violette Grenoble

Vous l’aurez compris, on est complètement fan de Pierre et de Gladys et de leurs épiceries si différentes et en même temps si proches dans leur esprit. Rendez-vous donc aux Halles Sainte-Claire, au 19 place Sainte-Claire à Grenoble!

Le Montagnard : du mardi au dimanche de 8h à 13h, de 16h à 19h les vendredis et samedis.
Facebook

La Petite épicerie : du mardi au dimanche de 8h à 13h, de 15h30 à 18h30 les vendredis et samedis.
Facebook & Instagram

 

  CONCOURS 

 

En plus d’être des personnes de qualité, Gladys et Pierre sont aussi (très!) généreux. Ils vous offrent chacun un bon d’achat pour un panier garni (valeur entre 20 et 30€) à choisir vous-mêmes. Pour participer, rien de plus simple : dites-nous dans les commentaires (du blog!) quelle épicerie vous inspire le plus et pourquoi, allez aimer leur page Facebook ou Instagram, et croisez les doigts pour être tiré au sort!

Tirage au sort le 27 février!


– Les règles sont toujours les mêmes, une participation par personne, obligation d’être majeur et de donner des coordonnées valides. –

Le concours débute le 20 février et se termine le 26 février 2018 à 23h59. Tout commentaire posté au-delà de cette date ne sera pas pris en compte. Les résultats seront donnés sur le blog et sur la page facebook dans la journée du 27 février 2018.

 

Article écrit par Élise le 20 février 2018.

On y est : il y a cinquante ans, nous étions en plein Jeux Olympiques d’hiver ! Grenoble accueillait la dixième olympiade et s’ouvrait à la modernité. Petit retour sur cette période exaltante de l’histoire de notre ville.

vasque olympique grenoble jeux tour perret

Le mardi 6 février 1968, un homme monte les quatre-vingt seize marches menant à la vasque culminant à vingt-cinq mètres au milieu du stade d’ouverture.

On entend l’enregistrement des battements de son cœur. Il se retourne vers les soixante milles spectateurs, arrête le temps quelques secondes et enfin, allume la flamme olympique de sa torche.

Alain Calmat, champion du monde de patinage, lance par son geste treize jours de sport, d’enthousiasme et de records.

anneau de vitesse grenoble parc paul mistral

Les Jeux Olympiques d’hiver de Grenoble sont en effet des olympiades extraordinaires pour de nombreuses raisons, notamment grâce au palmarès jamais égalé de la France : troisième sur trente sept nations, un exploit que l’on doit entre autres aux trois médailles légendaires de Jean-Claude Killy (la troisième, surtout, est acquise de justesse…).

Quatre records sont établis sur la piste de l’anneau de vitesse, alors patinoire. Difficile d’imaginer cela aujourd’hui, lorsque l’on se promène dans le parc Paul Mistral ! Surtout qu’à l’époque, des œuvres d’art de l’artiste Vasarely ornaient les gradins : il n’en reste malheureusement pas grand chose aujourd’hui. Aviez-vous déjà remarqué ces peintures sur les côtés et l’arrière des tribunes?

vasarely anneau de vitesse op art jeux olympiques

Les Jeux Olympiques d’hiver de 1968 vont aussi sortir de l’ordinaire par leur ampleur : six sites, distants de cent kilomètres au maximum (Autrans, Lans-en-Vercors, Saint-Nizier, l’Alpe d’Huez et Chamrousse, en plus de Grenoble), une médiatisation unique puisque c’est la première fois qu’un évènement international est couvert en couleur et en mondovision, enfin, les premiers tests anti-dopage et chronomètres automatiques. Une révolution dans le monde du sport !

palais des sports grenoble jeux olympiques 68

Au-delà du sport, les Jeux Olympiques ont surtout apporté un vent de modernité à la ville. Avec un budget d’un milliard de francs, les infrastructures vont pousser à la vitesse de l’éclair.

En quatre ans, Grenoble change de visage : des routes (A48, A480, A43, Rocade Sud), un aéroport, une nouvelle gare et une gare routière qui deviendra Alpexpo, un Stade de Glace que l’on appelle aujourd’hui le Palais des Sports, un hôtel de police, un hôtel de ville signé Maurice Novarina, un centre de presse qui deviendra le quartier Malherbe, le village olympique, etc. La liste est longue !

hôtel de ville de grenoble novarina JO 68

Pour finir, si Jeux Olympiques riment avec sport, à Grenoble, ils ont aussi été synonyme de culture. En effet, entre la Maison de la culture inaugurée par André Malraux, le Musée Dauphinois transféré au couvent Sainte-Marie d’en-Haut ou encore le symposium de 1967 qui offre à la ville un musée à ciel ouvert, les grenoblois vont avoir le choix.

https://i0.wp.com/www.grenoble.fr/uploads/Image/2c/10228_041_Actu-JO.png

Un évènement qu’il fallait donc célébrer dignement : les cinquante ans des Jeux Olympiques d’hiver de 1968 sont partout! Petite sélection des Mondaines :
– Pour aller plus loin, des visites guidées sont proposées par l’Office de tourisme ;
– Découvrez ceux qui ont participé aux JO de 68 avec l’exposition « Ils ont fait les jeux » à la Maison de l’International ;
– Montez jusqu’au Musée Dauphinois pour explorer l’exposition « Grenoble 1968 » ;
– Enfin, ne manquez pas la programmation spéciale de la Cinémathèque : ce soir, les Rasta Rockets pour la Saint Valentin!

 

Article écrit par Élise le 14 février 2018.

bar grenoble

Tout le monde, ou presque, connait déjà le Synesthète, un joli bar de la rue Auguste Gaché qui a ouvert ses portes en juillet 2015. Au programme du lieu : des vins 100% français et bio, des bières artisanales locales en bouteilles ou à la pression et des succulentes planches apéro (où la charcuterie est coupée bien bien fine, comme on l’aime).

bar grenoble

Il y a tout juste deux mois, poussée par une envie de donner naissance à un véritable lieu de vie, de jour comme de nuit, Agathe, un petit bout de femme de 29 ans qui mène sa barque d’une main de maître, a décidé de faire emprunter au Synesthète un virage inattendu et fort sympathique pour nous, les citadins, toujours en quête de nouvelles expériences.

tiers lieu grenoble

Au simple bar de quartier, animé principalement en soirée, elle va donner des allures de tiers lieu où l’on peut, en plus de boire en verre entre amis, travailler, lire, chiller, créer, assister à des pièces de théâtre, des concerts et, surtout, se rencontrer.

Un concept de plus en plus connu aujourd’hui, qui repose sur le brassage des générations, des centres d’intérêt et des activités pour favoriser mixité et partage.

Synesthète Grenoble

Pour concrétiser ce nouveau projet et donner de l’espace à ce nouveau lieu hybride, le Synesthète à doublé sa surface, en investissant l’étage, qui auparavant était totalement inexploité.

Après avoir grimpé un petit escalier d’époque, dont chaque marche grince sous nos pas, on est charmés par la grande salle au parquet ancien, aux murs bruts et à la déco chinée.

bar à vin grenoble

Une encablure de porte en pierres apparentes nous conduit ensuite dans un deuxième espace qui abrite une scène ou, selon les périodes, des ateliers et des résidences d’artistes.

synesthete bar grenoble

Pour couronner le tout, et ne pas nous laisser sur notre faim, Agathe propose des formules du midi composées d’une tarte + une soupe pour la modique somme de 10€ ainsi qu’un brunch sucré-salé les samedis et dimanches à 18€, fermeture à 15h.

Petit plus pour les veggie lovers, le Synesthète propose beaucoup de plats végétariens et vegan. En ce qui concerne la formule coworking son prix est 4€ la demi-journée, une boisson comprise.

Pour ceux qui ignoraient sont existence jusqu’à aujourd’hui, c’est l’occasion de tester le lieu et le concept et pour les habitués, une belle façon de le redécouvrir en sa version post update 😉

Le Synesthète
4 rue Auguste Gaché
38000 Grenoble
Tel . 09 50 89 53 63
Horaires d’ouverture : du mardi au samedi de 10h à 1h du mat, le dimanche de 10h à 15h.
Facebook + Instagram

Publié le 6 février 2018 par Noemi