Skip to main content
CULTURE & MUSÉESSORTIR

Coups de cœur au Musée #5 – Jean Achard, l’amoureux des montagnes

By 26 janvier 2023avril 11th, 2024No Comments

Musée de Grenoble Les Mondaines Peinture Art CultureC’est une adresse un peu particulière que nous vous invitons à découvrir aujourd’hui. Suivez-nous dans les collections exceptionnelles du Musée de Grenoble : du 17e au 20e siècle, nous vous proposons un temps de pause devant nos six œuvres coups de cœur, au rythme d’une par mois.

Pour ce cinquième épisode, nous nous retrouvons sur les bords de l’Isère, les silhouettes des maisons s’alignent avec les pics des montagnes. Au-loin, on distingue le clocher de la collégiale Saint-André, reconnaissable entre tous au milieu des toits rouge-brun. Que ce soit en photo aujourd’hui ou en peinture, Grenoble et son paysage nous invite à la contemplation.

Paysage Ecole dauphinoise Jean Achard GrenobleUn peintre dauphinois

Véritable source d’inspiration pour les peintres ayant admiré cette vue, la ville et ses alentours se retrouvent au cœur des créations de l’école dauphinoise à la fin du 19e siècle. C’est l’une des salles les plus frappantes du Musée de Grenoble, notamment avec l’immense toile du Lac de l’Eychauda par l’abbé Guétal. Néanmoins, nous laissons de côté les grands formats pour nous intéresser plutôt aux petits paysages de Jean Achard.

Rien ne prédestinait Jean Achard à la carrière de peintre. Né à Voreppe en 1807, il grandit dans une famille de paysans et bénéficie de l’école municipale gratuite de dessin. Malgré ses nombreux voyages, il revient inlassablement sur sa terre d’origine et peint sans relâche les paysages grenoblois.

Musée de Grenoble Les Mondaines Peinture Art CultureSolitaire et simple, il est malgré tout admiré par de nombreux peintres de son époque : les artistes de l’école dauphinoise, bien entendu, mais aussi de l’école de Barbizon et même d’un certain Claude Monet, dont il devient l’ami. Pourtant, le succès n’est pas au rendez-vous et il finit ses jours dans une grande pauvreté.

Paysage Ecole dauphinoise Jean Achard GrenobleUne carte postale du 19e siècle

Jean Achard était peut-être un peu en retard, ou un peu en avance sur son temps. Il s’inspire de la tradition du 18e siècle des vues de ports, classiques chez Le Lorrain par exemple (le Musée possède toujours un beau paysage de ce dernier dans ses collections). On le voit sur les deux petites vues de Grenoble : la cité, coupée en son centre par le ruban de l’Isère, s’ouvre sur un large horizon de montagnes.

C’est en réalité une véritable mise en scène de théâtre qui s’offre à nos yeux. La perspective est choisie avec soin, avec des effets de lumière et de contraste qui mettent en valeur les textures et les différents éléments du paysage. Le bleu du ciel et des massifs lointains tranchent avec la frise d’immeubles bordant la rivière.

Musée de Grenoble Les Mondaines Peinture Art CultureFinesse et précision

La touche est très légère, n’hésitez pas à vous approcher pour regarder le peu d’épaisseur de peinture posée sur la toile. Chaque pierre, chaque feuille est détaillée, dessinée avec le plus grand soin. Au-delà du paysage, c’est toute une époque qui se raconte, en particulier grâce aux petits personnages que l’on distingue le long des quais.

La vision du peintre est poétique, mais elle respecte parfaitement l’apparence de la ville et des montagnes environnantes. On peut s’amuser à reconnaître différents monuments, de la Tour de l’Isle à la Porte de France, du Fort du Rabot au quartier Saint-Laurent. Pourtant, tout a changé aujourd’hui, la physionomie des rives de l’Isère ayant complètement été transformée par la construction des quais à partir de la moitié du 19e siècle.

Paysage Ecole dauphinoise Jean Achard GrenobleC’est peut-être pour cela que les paysages de Jean Achard nous touchent tant aujourd’hui : malgré les siècles qui passent, notre capitale des Alpes reste reconnaissable entre mille. Que ce soit par ses montagnes ou bien par l’architecture du centre ancien, les œuvres du peintre dauphinois réveillent en nous notre amour pour notre belle ville.

 

Vue de Grenoble prise de l’ancienne porte Saint-Laurent, 1837, huile sur toile, 60×92 cm

Vue de Grenoble prise du quai de la Graille, 1837, huile sur toile, 60×92 cm

 

Musée de Grenoble

Ouvert tous les jours de 10 h à 18 h 30, sauf le mardi
5 place Lavalette, Grenoble04 76 63 44 44
SiteFacebookInstagram

Une série proposée en collaboration avec le Musée de Grenoble

 

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

N'en perdez pas une miette !

Rejoignez la communauté en vous inscrivant à la news Lesmondaines

Minute Papillon ! Un Email vient de vous être envoyé pour VALIDER votre inscription <3