≡ Menu

petite poissone - love is in the merde GRENOBLE

Elle vous a certainement déjà piqué par ses mots au détour d’une ruelle grenobloise. Elle vous a peut-être même touché avec un sentiment intime posé sur le mur d’un grand boulevard. Emmanuelle, c’est elle, la mystérieuse poète des rues qui sévit sous le nom de Petite Poissone

petite poissone - love is in the merde GRENOBLE gabriel péri

Ces petites pensées qu’Emmanuelle livre sur les murs, ne sont que la partie émergée de la Poissone : dessin, sculpture, peinture… Emmanuelle est un couteau suisse artistique. Ses premiers coups de nageoire, elle les a donné pour son projet d’Edition dans le cadre de ses études aux Beaux Arts. Un projet complet de la conception, à l’écriture, le dessin mais aussi la fabrication des livres. Aujourd’hui, encore, elle fabrique elle-même ses ouvrages avec le plus grand soin (In street with Petite Poissone, Viser la loseCarrière,…).

Son appartement près de la gare de Grenoble croule sous des peintures vives, des pochoirs en métal et des sculptures de taureaux de 2 mètres (what ?!). L’inspiration ne manque pas, et lorsque celle-ci arrive, elle passe immédiatement par le prisme décalé d’Emmanuelle qui se met à griffonner sur l’un des nombreux carnets empilés dans sa bibliothèque. Elle en publie régulièrement le contenu sur son compte Instagram

petite poissone - arc-en-ciel GRENOBLE

petite poissone - parlez moi d'amour hop hop hop GRENOBLE

Petit à petit, une rencontre aidant, Emmanuelle découvre le monde du street art à Grenoble et suit son envie « viscérale », dit-elle, de toucher les gens, tous les gens, avec quelques mots. Elle y parvient assez facilement en maniant les sonorités de ses jeux de mots décalés. Avec humour et féminité, la Petite Poissone de l’Isère interpelle les passants de Grenoble, Paris, Lyon, Montpellier, … avec ses textes graphiques à la typo raffinée, qui contraste avec les rues abîmées.

petite poissone - le temps de dire ouf GRENOBLE

petite poissone - mon coeur est sourd au grand discours GRENOBLE bastille

Parce-que ses textes sont éphémères, effacés par le temps ou les mécontents, voici une compile de ses jeux de mots subtils trouvés ci-et-là à Grenoble :
I’m just too gourde to be true
Mais pourquoi faire simple quand on peut faire nimp

La France, tu l’aimes ou tu l’acquittes, de tous ses grands principes
Dans le grand huit de la connerie j’ai gagné un tour gratuit
Et même si tu revenais, je crois bien que ce jour là j’ai poney
Venez comme vous êtes, repartez avec du diabète
J’aimerais tant que tu te souviennes. Mais pas de tout quand même.
Penser à faire une tout-doux list

Ok, écrit comme ça par moi c’est naze… alors ne manquez pas le vernissage de Petite Poissone, la vraie, l’unique : « Nous n’irons plus jamais (bon, si t’insistes ok) » à Crolles dans les ateliers de MétalStar à partir de 18h30 le mardi 17 octobre.
Mi-novembre, elle sera chez NUNC! Grenoble. Et si vous ne pouvez plus attendre, retrouvez aussi son esprit déjanté en boutique et sur le site de Petit Shirt.

Pour la suivre, la contacter, la flatter :
Actu : Facebook Emmanuelle PetitePoissonne
Photos : Instagram Petite Poissone
Site : www.petitepoissone.com

 

Article écrit par Claire le 10 octobre 2017
Photo by Claire et Petite Poissone

Marseillaise puis Parisienne, me voici désormais Grenobloise. Un tantinet sur la réserve à mon arrivée, mes doutes du genre « je dois vraiment tirer un trait sur les jolies boutiques parisiennes, les brunchs, les ventes privées … ? » ont été balayés illico: je découvre des pépites de jour en jour à Grenoble ! Pour Les Mondaines, j’essaie de dénicher les bonnes adresses beauté, ou plus généralement mes coups de cœur à Grenoble ! @Clairismetique
  • Camille 11 octobre 2017, 18 06 38 103810

    Comme j’adore croiser ses petits mots dans ma si jolie ville…!
    Très jolie article au passe, c’est tellement chouette de se sentir « petite souris » qui observe une artiste de street art…! Merci tout plein ♥

    Reply
    • Claire 17 octobre 2017, 9 09 41 104110

      Merci à toi Camille pour ton gentil message 🙂

      Reply

Leave a Comment

Article précédent :