≡ Menu
ET SI ON METTAIT DE LA CHARTREUSE VERTE DANS NOS GLACES ET COCKTAILS? post image

L’été arrive! Les vacances approchent! Bientôt des après-midis lascives à déguster une glace au bord de la piscine, des midis à partager une salade estivale entre copines, et des soirées joyeuses à siroter des coktails…  Quel programme ! Faut se mettre dans l’esprit… Parfait et Mojito, made in Grenoble, ça vous tente?

C’est en 1737, au monastère de la Grande-Chartreuse que l’apothicaire Frère Jérôme Maubec, en suivant les instructions du manuscrit d’un élixir de longue vie que les pères Chartreux détenaient du maréchal d’Estrées depuis 1605, met au point la formule de l’Elixir Végétal de la Grande-Chartreuse. Il contient 130 plantes médicinales et aromatiques. Il était alors utilisé comme médicament et encore aujourd’hui, quelques gouttes sur un morceau de sucre ou dans une tasse d’eau chaude vous tonifie!C’est en 1764, que la Chartreuse verte est mise au point. Seuls, deux Frères en connaissent la recette. Nul autre ne sait ni le nom des 130 plantes qui la compose, ni la manière de les assembler et de les distiller. Ni ce fabuleux secret, qui permet d’obtenir naturellement cette superbe couleur.
La Révolution française pase par là et disperse l’Ordre des moines: la formule semble avoir disparu. Elle refait surface Sous l’Empire. Non exploitée par l’Etat, elle est renvoyée au monastère.
En 1838, une adaptation de la recette permet de créer une liqueur plus douce et moins alcoolisée que la verte (40 ° contre 55°): la Chartreuse jaune.

Depuis, de nouvelles cuvées, toujours basées sur la recette de l’Elixir, sont élaborées par les Pères Chartreux. Toujours dans le plus grands des secrets mais pour notre plus grande satisfaction. Car la Chartreuse verte ou jaune, la verte et la jaune VEP (vieillissement exceptionnellement prolongé), ou la Chartreuse 1605, réjouissent toujours autant les  amateurs de digestifs et rencontrent sans cesse de nouveaux consommateurs. Aux Etats-Unis, la Chartreuse deviendrait presque la boisson de référence des barmen. Elle y a connu un grand succès avec le Swamp watter (eau marécageuse), un cocktail de Chartreuse verte, vodka et jus d’ananas. Et certains coktails sont en passe de devenir de grands classiques: l’Episcopale, le Chartreuse Tonic, le Green chaud. Les pâtissiers et chocolatiers aussi s’en amusent…

Pour des gourmandises made in Grenoble, je suis partie sur une Chartreuse verte, La 1605 pour moi car j’aime son côté puissant. La classique verte sera également parfaite! Le parfait est un entremet glacé contenant de la crème fraîche montée en chantilly qui apporte à la glace beaucoup d’onctuosité… Il est très facile à faire et ne nécessite pas de sorbetière. Je le sers, été comme hiver, dans des verres à apéritif en fin de repas. Les Chartreusito, quant à eux, s’inspirent de la recette des Mojito au rhum. A vous ensuite de doser les quantités de citron et de sucre…

PARFAIT A LA CHARTREUSE VERTE Pour 6 à 8 verrines

  • 20 cl de lait
  • 6 oeufs
  • 150 g de sucre de canne blond
  • 10 cl de Chartreuse verte
  • 20 cl crème liquide froide

Séparer les blancs des jaunes. Porter le lait à ébullition.  Dans un saladier, fouetter les jaunes avec le sucre jusqu’à ce que le mélange devienne mousseux et blanchisse. Ajouter peu à peu le lait bouillant tout en remuant. Verser le mélange dans une casserole et faire épaissir sur feu doux, sans cesser de remuer jusqu’à ce la préparation nappe la cuillère comme une crème anglaise. Reverser le tout dans votre saladier, ajouter la Chartreuse et laisser refroidir. Au fouet, monter la crème en chantilly et l’incorporer délicatement à la crème à la Chartreuse. Verser dans les verrines et placer au congélateur au moins 4 heures.

CHARTREUSITO ou MOJITO A LA CHARTREUSE
Pour 2 verres

  • 24 feuilles de menthe fraîche
  • 1 citrons vert
  • 10 cl de Chartreuse verte
  • 3 c. à café de sucre de canne blond
  • 30 cl de Perrier

Laver la menthe. Dans un verre, piler 10 feuilles de menthe avec 1 c. à café de sucre et le jus d’un demi citron vert. Ajouter 2 cuillères à soupe de  glace pilée. Ajouter la Chartreuse et mélanger. Compléter avec le Perrier et  ½ c. à café de sucre et 2 feuilles de menthe.
A déguster avec modération!

Plus d’infos sur cette liqueur made in Grenoble? C’est par là!

Et pour le prochain billet, avec quel produit local je vais bien pouvoir m’amuser? Est-ce que je vous le dis?

Article publié le 16 juin par Céline {Artichaut et cerise noire}.

Quinqua? Omnivore? Végétarienne? Auteur culinaire? Gastronome? Bio-addict? Épicurienne? Locavore? OUI! Disons: femme de 42 ans flexitarienne à tendance écogastronome.
Alors contribuer chez Lesmondaines pour des billets tendance cuisine locale, saine et gourmande me ravit…
Pour encore plus de recettes, retrouvez-moi sur AetCN
  • Andy 30 juin 2013, 16 04 56 06566

    Mais quelle délicieuse idée ce mojito à la chartreuse!
    Je n’y avais JAMAIS pensé !!! MERCI

    Reply
  • Julien 10 novembre 2014, 10 10 15 111511

    Il y a une petite faute : « Révolution française pase  »

    En tout cas l’article donne faim, et soif!

    Reply

Leave a Comment

Article précédent :